CINQUANTE

Boulevard de Sébastopol


Parce que les années cinquante.

Parce que c’est la musique que je joue.

Parce que c’est la moitié de mon poids.

Et parce que c’est la vitesse à laquelle je roule

avec ma grosse moto !